CONTACT

Méthode de travail

Depuis 1994, j’exerce mon métier d’avocat avec passion.

Indépendance

Je comprends l’indépendance que la loi m’accorde comme une exigence de traiter les intérêts de mes clients en toute liberté et indépendamment  de toute influence de l’État. Cette liberté signifie aussi d'être critique envers mes clients, quitte à leur dire des vérités dérangeantes ; il ne s’agit pas de chercher à plaire à tout prix. Si les chances de succès d’une plainte sont incertaines ou si les dépenses auxquelles conduirait un procès sont exagérées, je conseille de ne pas aller plus loin. Pour pouvoir accomplir ma tâche de manière indépendante et responsable, je dois aussi garder une certaine indépendance face à mon client. Les adversaires, les tribunaux et les institutions publiques ne prennent au sérieux un avocat que s’il apparaît impartial et fait preuve d’un comportement professionnel, non pas s’il semble être un mercenaire prêt à tout pour satisfaire son client.

Confiance et individualité

Avec mes clients, je m’efforce de développer une relation de confiance faite pour durer des années. Acquérir des clients vite fait, cela ne m’intéresse pas. Chacun de mes clients a droit de ma part à une assistance sur mesure, conforme à son problème. C’est la seule manière de construire une relation de confiance durable. Mes années d’expérience dans les grands cabinets m’ont prouvé que ce ne sont ni la renommée, ni la taille qui comptent, mais bien plutôt la personnalisation, la qualité, la fiabilité et la confiance.

Spécialiste et généraliste

Même si je suis spécialisé dans deux domaines de la propriété intellectuelle, pour comprendre les besoins de mes clients, il me faut avoir une compréhension complète des tenants et des aboutissants. C’est pour cela que je me vois comme un généraliste. Pour être un bon conseiller ou pour rédiger un bon contrat, il faut savoir comment se déroule concrètement un procès, et avoir vécu soi-même la manière dont les tribunaux prennent leurs décisions concernant les conseils ou les contrats. Je suis avocat et j’aime participer à la vie des tribunaux. Je ne suis ni un conseiller, ni un manager, ni un consultant.

Réseau

Grâce à mes années d’activité dans plusieurs cabinets, je dispose d’un réseau international important de collègues et de cabinets spécialisés dans les domaines de compétences du droit que je n’exerce pas. Je peux leur confier en toute sécurité les clients que je ne peux conseiller ou défendre moi-même.

Bénévolat

En raison de l’idée que je me fais de ma profession, l’exercice de fonctions bénévoles va de soi pour moi. C’est ce que j’accomplis grâce à mes cours à l’école supérieure technique et économique de Berlin, dans le cadre du temps dont je dispose. Bien sûr, je ne reçois pas d’argent, mais il me semble qu’il n’y a pas de salaire plus satisfaisant que d’entendre, à la fin du semestre, un étudiant me dire qu’il a appris quelque chose qu’il n’oubliera jamais, grâce à mes cours. De même, mon action pour le barreau de Berlin, en temps que membre d’une commission spécialisé et  du Conseil de l’ordre, a une importance majeure pour moi. L’autonomie, confrontée au contrôle étatique, et la liberté permise par cette profession sont des biens précieux qu’il faut défendre chaque jour. Ils exigent de tous ceux qui bénéficient du titre d’avocat un engagement sans failles.